RACONTE MOI DES HISTOIRES

Pour bien raconter les histoires, il faut aussi savoir les écouter

Vite, un petit voyage dans le temps !

J’adore les fictions à base de voyage dans le temps. Surtout dans les fictions filmiques où on va déguiser les personnages en fonction de l’époque où ils atterrissent. C’est souvent un peu rigolo, y a un côté bal masqué. D’ailleurs, les acteurs sont pas loin de cabotiner dans ces cas-là. La série la plus symptomatique de ça, c’est vraiment Legends of Tomorrow. Les acteurs ont l’air de s’éclater comme au carnaval. J’adore cette série rien que pour ça. J’ai l’impression de voir des gamins se déguiser pour “jouer une pièce de théâtre” comme je le faisais avec mes cousins étant gamine. Et comme j’ai l’impression que le voyage dans le temps est un sujet un peu à la mode ces derniers temps, c’est parti pour un petit article au débotté sur le sujet.

Legend of Tomorrow disco

Voyage dans le temps et paradoxe

Par la magie de l’algorithme de Netflix, j’ai eu droit à une petite palanquée de séries de voyage dans le temps récemment. Côté français, nous avons eu Les 7 vies de Léa que je vous recommande. Surtout que ça se passe dans les Gorges du Verdon à l’époque où il y avait encore de l’eau. Il y a aussi Dark dont j’ai déjà parlé. Umbrella academy qui est bien connue aussi, Russian Doll. Et aussi cette étrange série turque dans un hôtel. A un moment, l’actrice chante du Britney dans un cabaret des années 20. Ca s’appelle Minuit au Pera Palace, série que j’avais lancée au départ car ça se passait dans un hôtel fort joli. Et même si c’est follement romancé, c’est l’occasion d’en apprendre un peu plus sur l’histoire de la Turquie. Bref, je le fais pas forcément exprès mais à un moment, j’ai pu découvrir pas mal de séries sur le sujet. Avec, toujours au coeur : le paradoxe temporel.

Minuit au Pera Palace

Des histoires qui bouleversent la chronologie

Le paradoxe temporel, j’adore. Je vous rappelle que l’une des toutes premières dystopies de ma vie, c’est Terminator. Ca m’a longtemps travaillé, cette histoire du père qui vient du Futur et l’immuabilité de cette boucle. John existe parce que les voyages dans le temps. Dark reposait sur le même système de boucle avec des parents ayant une date de naissance postérieure à celle de leur enfant. La boucle se répète jusqu’à ce que. Idem pour Minuit au Pera Palace. Seul les 7 vies de Léa nous propose une modification profonde du passé qui a un impact sur le présent. Mais aucune boucle. Du moins sur la première saison mais je vois pas comment ils pourraient retomber sur cette notion de cercle par la suite. 

Les sept vies de Léa

Un cercle quand même un peu vicieux

Le paradoxe temporel est très bien détaillé dans Le voyageur imprudent de Barjavel. En très résumé : un scientifique voyage dans le temps. A la toute fin du roman, son assistant décide de partir dans le passé tuer Napoléon qui représente le summum de l’horreur pour lui. Je trouve ça intéressant de voir qu’un auteur qui n’est pas connu pour ses prises de position progressistes ait considéré Napoléon comme le despote qu’il était. Je m’interroge sur le sujet : Napoléon a-t-il été réhabilité post 2e guerre mondiale et dans ce cas, pourquoi et par qui ? Mmm… Bref, en voulant tuer Napoléon, il tue un jeune soldat qui se révéla être son grand-père. Sauf qu’il l’a tué avant que son père ne soit conçu donc si son père n’existe pas, l’assistant ne peut pas exister non plus. Et de fait, il ne peut pas tuer son grand-père donc il existe. Et s’il existe, il peut aller tuer son grand-père et donc il n’existera plus. Etc.

Cercle vicieux créés par le voyage dans le temps

Faut s’accrocher pour y croire

Le paradoxe temporel me fascine car il réclame une forte dose de suspension consentie de l’incrédulité. Ils nécessitent une écriture fine car on n’est jamais loin du dérapage, du “non mais là, ça va trop loin”. A propos de la suspension consentie de l’incrédulité, reparlons du film qui m’avait précisément inspiré l’écriture de l’article sur le sujet : Arrival. J’avais adoré le film car j’avais trouvé le Deus es machina du film brillant, mon mec l’a détesté car pour lui, on était trop dans du “ta gueule, c’est magique”. J’ai aimé Arrival parce qu’il posait une question philosophique intéressante. Si tu sais que dans ton futur, tu vas souffrir pour une cause précise, es-tu prêt à renoncer aux bonheurs qui précèdent ton malheur pour éviter celui-ci. C’est ça, le coeur du film. Bon, puis après, c’est un Denis Villeneuve donc c’est toujours beau. Mais voilà le coeur du moteur : jusqu’où tu es prêt à croire ?

Arrival

Tout manque alors de gravité

Je suis très tolérante avec les histoires de voyage dans le temps et leur paradoxe tant qu’on ne tombe pas dans des “ta gueule, c’est magique” ou des astuces scénaristiques à deux balles pour faire revenir un personnage mort. Car on va arriver au problème majeur que j’ai dans les histoires de voyage dans le temps : rien ne me paraît grave. Je me souviens d’un épisode de Legends of Tomorrow où tout le cast canait les uns après les autres. Au bout du deuxième mort, j’étais là “ok, va y avoir une astuce pour qu’ils reviennent en arrière et soient sauvés”. Niveau émotion et enjeu : éclaté au sol. De la même façon dans Spiderman No way Home, j’ai raté un gros truc. Attention, je spoile, allez au paragraphe suivant si jamais. Quand Tante Mae est tuée, je me suis immédiatement dit qu’il allait y avoir une astuce. En début de film, on m’explique que Docteur Strange peut modifier quelques trucs pour changer la donne genre que les gens oublient que Peter est Spiderman. Du coup, s’il peut manipuler le temps, il va sauver Tante Mae, pas la peine de chialer les petits potes. Et puis finalement, non.

Docteur Strange et Spiderman

Une perte d’enjeux si tout est réparable

Le souci du voyage temporel, c’est qu’il a ses propres règles qui évoluent surtout en fonction des besoins des scénaristes. Voyager dans le temps pour sauver un camarade tombé au combat. Ouais, vas-y, on y va. Voyager dans le temps pour sauver un camarade joué par un acteur souhaitant quitter la série (ou qui a été viré) ? Ah non, là, ça marche plus. Pourquoi. Parce que c’est comme ça, chut. Le problème du voyage dans le temps me pose vraiment la question de l’enjeu. En tant que spectatrice, je ne prends rien au sérieux puisqu’à priori, tout peut être réparé. Du coup, les scènes larmoyantes de la mort d’un personnage me laissent froide vu qu’il peut revenir. Oui, j’avoue ne pas me tenir au courant de l’état des contrats des différent.e.s acteurices quand je mate une série. Même si je me spoile régulièrement quand je vais sur Wikipedia pour trouver le nom de l’acteur ou de l’actrice qui joue un rôle car sa tête me dit quelque chose. Ah, il quitte la série à la saison 03 alors qu’il y en a 05. Ah oui, il va peut-être mourir pour vrai dans la série, du coup. 

Une mort réparable en un voyage dans le temps

Un sympathique tour de magie

Bref, le voyage dans le temps dans les séries, c’est souvent un vieux tour de magicien dont tout le monde connaît l’astuce mais ok, si c’est bien fait, on applaudit quand même. Parce que c’est divertissant. Puis ressortir les vieilles garde-robes des années 80 et la petite musique qui va bien. Hihi, écoute, c’est le tube de l’été 1985, ça doit vouloir dire qu’on est en 1985, tu crois pas ? Comme ça, on confronte deux univers qui ne sont pas censés se rencontrer, des personnages hébétés d’être revenus dans le passé, à l’époque où y a pas de portable. Et ça permet de se faire un petit trip sur 99 Lüftballons, une chanson universellement kiffante. 

Nina

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page