Raconte moi des histoires

Pour bien raconter les histoires, il faut aussi savoir les écouter

En 2023, je vais retomber en amour avec l’écriture 

Dernier jour de l’année ! Je me réjouirais bien mais 2022 n’a pas été si pire et puis il fait super moche. L’an dernier, au 1er janvier, j’étais à la mer tellement il faisait beau. Là, à priori, je serai sous mon plaid avec un chocolat chaud et mon seum. Enfin, c’est pas si vrai puisque je vais passer quelques jours à la mer début janvier. Je partagerai tout ça sur mon Insta en story, surtout qu’on va faire plein de train, hiiii ! Mais je suis pas ici pour vous parler de train mais pour vous expliquer qu’en 2023, je vais retomber en amour avec l’écriture. 

Retomber en amour avec l'écriture

2022, l’année du trauma

Comme déjà expliqué, j’ai commencé 2022 en gros dégoût de l’écriture romanesque. L’écriture blog, elle, elle va bien. J’ai essayé de me lancer dans l’aventure auto-éditoriale, ce fut un bide total. TOTAL. Comme je suis une meuf plutôt calme et sereine, j’ai pas du tout surréagi en mode “j’écris de la merde, je ne suis pas légitime”. Bien sûr que si, j’ai fait ça. Et le pire, c’est que je me consolais en me disant que les livres que j’avais laissés en boîte à livres étaient vite partis. Je les ai retrouvés sur Momox. Je me consolerais bien en disant que ça aide des gens dans le besoin mais personne n’a acheté Green ! quand j’en parlais donc aucune raison que ça arrive maintenant. Et surtout la personne qui m’a racontée avoir fait ça (sans parler de mon roman) n’est pas du tout une personne dans le besoin. Yay. 

Un chat sur une boîte à livres
La boîte à livres du quartier feat Potiron

Retrouver le plaisir de l’écriture

Donc voilà le drama. Je voulais juste que des personnes ne me connaissant pas lisent mon roman, ça n’est pas arrivé. Alors peut-être que j’écris de la merde mais au pire, je suis pas la seule. Et je ne suis pas plus ou moins légitime que n’importe qui. J’aime raconter des histoires et je le fais, voilà. C’est pas plus compliqué que ça. Alors j’ai repris avec le nanowrimo, j’ai pris un pied fantastique. Là, le mois de décembre a été autrement plus compliqué. En cool, un voyage pour aller voir Starmania. En moins cool : un accès de fièvre, un souci familial. Et quelques entretiens et travail sur la data aussi mais c’est ça, c’est neutre. Bref, en décembre, j’ai dû écrire deux ou trois fois et j’ai rien retapé mais en janvier, on s’y remet. Surtout que je vais beaucoup prendre le train pour mon voyage donc ce sera l’occasion rêvée. Ah oui, je reparle de train.

Ecrire dans le train

Prendre le temps et le plaisir

Mais pour que l’écriture marche, il faut des ingrédients. En un, le temps. Comme expliqué côté Dans mes petits carnets, je saucissonne mes temps d’écriture car il est plus facile d’écrire deux fois 30 mn qu’une fois une heure. Je me gâte niveau confort pour augmenter le plaisir d’écriture. Franchement, écrire avec une petite boisson chaude et une bouillotte sous un plaid, de la musique classique dans les oreilles à la lueur des (fausses bougies). C’est doux. Et je vais rajouter les huiles essentielles. Bon, à partir de là, le temps, il va se trouver tout seul, hein. C’est comme ça que je vais retomber en amour avec l’écriture. Certes, faudra aussi que je dégage du temps pour le retapage et la réécriture mais bon, on verra. En vrai, je veux repartir à la base de ce que j’aime dans l’écriture : raconter une histoire. L’objectif de publier, pas publier, par une maison d’édition ou sur Amazon ou n’importe où ailleurs, on s’en fout. Au pire, j’enverrai ma prose finie et refinie à mes trois fans. Ou à un moment, j’aurai un regain d’énergie et je vais balancer le tapuscrit à toutes les maisons d’éditions. On sait pas. 

Une pile de tapuscrits

Taper et retaper (sur un clavier)

D’ailleurs, je vais revoir ma méthode d’écriture. Alors j’avais prévu de faire un travail sérieux à base de Notion mais… Bof, finalement. Ca va finir sur un vieux papier où je vais écrire le nom des persos et basta. Vu que je n’écris plus dans la performance, y a moins ces passages où les personnages se font chier. Mais j’ai réfléchi à une autre méthode, ahah ! En gros : j’écris une première fois sur papier puis je retape. Déjà, y a de la correction et je peux corriger deux ou trois trucs rapport au fait que je retape trois ans après. Puis, je recorrige et je retape à nouveau sur un word. Un peu comme quand j’étais en cours de chimie et qu’on distillait plusieurs fois le jus d’orange pour obtenir de l’eau claire. Bon, après, ce sera toujours fonction de l’envie et de l’énergie. Parce qu’en vrai, moi, j’aime juste écrire et éventuellement retaper histoire d’avoir un peu de chiffres mais la réécriture

Kit de distillation

Remettre son travail sur l’ouvrage

Et à propos de relecture, deux anciens romans repartent en écriture. Ecriture, pas réécriture. D’abord Augura qui est trop maladroit à l’heure actuelle. Pas étonnant que je procrastine autant à essayer de relire le tapuscrit. C’est lui que je vais recommencer à écrire pendant mes vacances. Parce que les autres, j’ai rien réécrit et ça impliquerait de prendre trois cahiers juste pour “mais il disait quoi, lui, déjà” ou “comment s’appelle le prof de violoncelle, là ?”. Et comme je pars lundi matin et que j’ai beaucoup à faire d’ici là dont monter un Lego, autant prévoir d’écrire autre chose. Idem pour Ofelia que je vais essayer de travailler en BD, donc, dans un univers totalement Starmaniesque. Bon, celui-là risque de pas pisser loin mais j’aime l’idée.

Ceci existe en Pologne, oui

Du matos pour bien écrire

Et à propos de BD, j’ai oublié ma liste des ingrédients pour bien écrire. Donc il faut du temps, un peu de méthode, des voyages en train. Un bon stylo aussi. Autre mini résolution : j’avais renoué avec les stylos plume PEN. J’adore vraiment écrire avec. Mais on va pas se mentir : ça génère beaucoup de pollution plastique pour rien. Donc je vais m’acheter six stylos plume à la rentrée. Six comme les six romans que je suis en train d’écrire, chacun ayant sa couleur. Je m’éclate. Bon, ok, le stylo, la jolie trousse Chocolatine aussi. Mais surtout, il me faut de la matière première. Les histoires, je les tisse en marchant, somnolant et PPTartant par exemple. Mais il faut que j’explore les narrations.

Raconter des histoires

Me nourrir de fictions

Et en vrai, c’est là la vraie résolution 2023, les amis ! Au bout d’une page et demi de logorrhée, oui. Je suis bavarde. Mais c’est aussi pour ça que j’ai pas du tout galéré sur l’écriture blog. Parce que j’y mets aucun enjeu et que je fais juste qu’à m’amuser. Ou réagir à une actualité, un événement. L’écriture de blog est épidermique, elle sort comme elle sort. Sauf Dystopie que j’essaie de soigner un peu plus. Mais voilà, en 2023, je vais explorer les narrations. Je vais essayer de rester cinéphile car j’ai eu de nombreux coups de coeur cette année, des inspirations. Et je vais me mettre à lire beaucoup de BD aussi, pour commencer à m’imprégner du genre. Et continuer à regarder des séries et lire. Un peu plus, peut-être. Non parce qu’au lieu de traîner sur les réseaux sociaux au petit dej, un peu de lecture, ça peut le faire. Je le faisais à l’époque quand je lisais la Passe-Miroir et franchement… Entre l’effondrement de Twitter, Facebook qui a décidé de ne me me proposer que des contenus autour de Malte (?) et Instagram qui veut me forcer à faire des reels… Et non, j’ai pas cédé à Tiktok même si…

Tiktok

En vrai, je vais juste m’amuser

Et oui, je vais étudier les narrations mais je vais aussi jouer à raconter différemment les histoires. Et pourquoi pas sur Tiktok ? J’ai zéro idée de ce que je pourrais en faire mais j’ai envie de jouer sur de la fiction audio, des vidéos, de la BD, donc, etc. Selon le temps ou les opportunités. Peut-être que dans un an, j’aurai rien fait de tout ça mais vous savez quoi ? On s’en fout. Ce qui compte, ce n’est pas la somme de ce que je fais mais le fait de m’amuser à le faire. Retomber en amour avec l’écriture. Et puis tant que ça me donne des (bonnes) raisons pour lire, écouter ou mater des fictions, franchement, c’est du win-win, comme on dit dans les parodies des gens du marketing. 

Nina

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page