RACONTE MOI DES HISTOIRES

Pour bien raconter les histoires, il faut aussi savoir les écouter

Le juste équilibre de la scène de sexe

A propos d’amour, et si on parlait de sexe ? Est-ce l’intro la plus bancale de ce blog ? Je pense que oui mais on poursuit, yay ! Alors je vous expliquais la dernière fois, y a une éternité, que je trouvais difficile de placer la naissance du sentiment amoureux. Et bah écrire une scène de sexe, c’est une galère sans nom. J’ai déjà expliqué à quel point j’avais du mal à trouver le curseur. Mais quand je lis certaines scènes érotiques, je me dis que ça va, je suis pas la seule à peiner. Ou alors j’ai pas compris la nature dudit livre… ce qui est possible.

Scène de sexe dans Titanic

Haute consommation littéraire

Généralement, je dévore trois fictions littéraires en même temps. Une en livre papier dégustée au lit, une sur liseuse que je lis dans le métro et au petit dej. Et un livre audio pendant que je cuisine ou je fais des tâches ménagères. Et j me suis retrouvée à lire en même temps La bicyclette bleue et Les héritiers. Alors autant le premier, je pense que vous connaissez déjà (sinon, clic), je vais m’attarder sur le second. Et vous allez comprendre pourquoi j’ai dit que je me suis peut-être fourvoyée sur la nature du livre. C’est l’histoire d’une fille, Ella, qui vit dans la misère. Un jour, un gros richard débarque dans sa vie et l’embarque. “Je suis ton tuteur, viens vivre dans ma maison avec mes cinq fils”. Alors je sais pas trop pourquoi j’ai téléchargé cette saga (5 tomes). Sans doute parce que le premier s’appelle “la princesse de papier” et je trouvais que ça sonnait bien. En vrai, c’est de la romance young adult de type Beautiful Bastard ou After. En un petit peu moins toxique et moins prude aussi mais du coup… Les scènes de baise sont chirurgicales. Froides et extrêmement détaillées.

Des pages et des pages et des pages…

J’ai donc affaire à deux héroïnes au sang chaud. Lea, la tempétueuse régulièrement rongée par le désir qui se donne sans retenue à plusieurs hommes. Je sais pas encore comment ça vire par la suite mais j’adore ce personnage de femme passionnée qui couche par envie. Sans qu’il y ait une sorte de jugement moral de l’autrice. Les scènes de sexe ne sont pas hyper détaillées mais il y a quelque chose d’assez érotique. De l’autre côté, dans Les héritiers, Ella est tout aussi vierge mais la première fois qu’elle voit la verge de celui qu’elle désire, elle lui fait une fellation. Hop, comme ça. En mode “ohlala, j’ai jamais touché une bite de ma vie, je vais la mettre direct dans ma bouche”. Bon, j’exagère un poil car l’héroïne est vierge mais pas niaise. Et, autre point, sa première grosse scène de sexe ne comporte pas de pénétration autre que digitale. Ceci étant, c’est aussi le cas dans Beautiful Bastard et même After, si je me souviens bien. J’irai pas vérifier mais il me semble que la première scène un peu coquine du roman, le bad guy lui fait un cunni au bord d’une rivière, un truc du genre. La différence entre les deux ? Chez Régine Deforge, le sexe se cache entre les lignes. Les scènes érotiques doivent durer une dizaine de ligne grand max. Dans Les héritiers, la première scène doit bien durer trois ou quatre pages. 

Lauren Lee en plein cunnilingus

Une question de goût ?

Et ça frustre mon imagination. Je suppose que c’est une question de sensibilité. Si on parle de fictions filmiques, je suis bien plus émoustillée par un film érotique que par un un film porno. Déjà sans doute parce que le film porno manque pas mal d’histoire et de mise en situation mais ça reste subjectif. Peut-être que vous, vous avez lu les deux romans et trouvé les scènes érotiques de Deforges complètement mièvres et, à l’inverse, vous lisiez les rares scènes coquines des Héritiers à une main… Mais je sais pas. Quand on écrit, et j’insiste sur la partie littéraire ici, on devrait ménager un espace pour le lecteur. Est-ce que c’est vraiment important qui est dessus, dessous, sur le côté, à quatre pattes… Neuf fois sur dix, non. Pourquoi ne pas se concentrer plutôt sur les délires du plaisir, l’échauffement des corps sans trop en dire pour que chacun y projette ce qu’il veut ?

Orgasme couple

Tu fais ce que tu veux de tes doigts…

Bref, j’ai toujours du mal à trouver ce juste milieu qui m’émoustille sans lever les yeux au ciel parce que oui, ça va, quatre pages pour m’expliquer ce que Reed fait de ses doigts, est-ce vraiment pour cela que j’ai signé ? En même temps, je croyais lire une sorte de soap opera un peu caustique donc j’avais pas du tout signé pour ce que j’ai lu. Quoi qu’Ella, au début, elle était strip-teaseuse comme Nicky des Feux de l’Amour dans sa jeunesse. Comme quoi…

Nina

2 réflexions sur « Le juste équilibre de la scène de sexe »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page