RACONTE MOI DES HISTOIRES

Pour bien raconter les histoires, il faut aussi savoir les écouter

Vincenzo, la mafia italienne version coréenne

Le souci avec les séries coréennes, c’est que tous les synopsis sont fous. On regarde toujours celle qu’on nous propose en dernier car on est toujours séduits. Pour Vincenzo, ça promettait : un mafieux italien débarque en Corée pour se venger. Aïe aïe, choc des cultures en vue. Et surtout, grand nawak en perspective. Et franchement, je vous l’affirme dès maintenant : on a été servis.

Vincenzo, le beau mafieux

Une vengeance implacable

L’histoire : Vincenzo Cassano est un consigliere de la mafia originaire de la Corée. Après la mort de son boss et l’incendie d’une vigne en Toscane car Vincenzo applique une justice implacable, notre héros rentre en Corée. Désireux de venger sa mère, victime de vilains riches, il va s’en prendre à un puissant groupe pharmaceutique et rendre justice à sa manière. Pour se faire, il va s’installer dans un plaza, sorte d’immeuble-commerce typique de l’Asie et faire connaissance avec ses habitants pour le moins loufoques.

Vincenzo au plaza en Corée

Un personnage antipathique de prime abord

Au premier épisode, j’ai pas trop aimé. On passe sans transition d’un Vincenzo ultra badass qui regarde les mafieux dans les yeux sans trembler et crame leur propriété à un mec quI se fait bolosser par absolument tout le monde. Un chauffeur de taxi le dépouille, les habitants du plaza le respectent moyennement et il se fait mettre des coups de pression par un pigeon. On a aussi l’héroïne, Cha-Young, avocate du fameux groupe pharmaceutique et parfaite connasse. Elle prend son pied à humilier son père, lui aussi avocat, à une audience. Vincenzo est lui-même assez antipathique, méprisant. Oh non, pitié, je déteste les séries qui veulent me vendre un trou du cul toxique en héros badass. Keuf keuf Dr House…NCIS…How to get away with murder… Et pourtant… j’en suis à huit séries coréennes matées et Vincenzo est ma préférée. Analysons.

Cha-Young et Vincenzo

Parlare italiano

Alors déjà petit point multiculturalisme. C’est donc la deuxième fois que nous avons une série coréenne qui a un bout d’intrigue en Europe. Et les acteurs font l’effort d’apprendre leur texte en langue locale. Contrairement aux séries américaines où tout le monde parle anglais à Paris sur un air d’accordéon. D’ailleurs, les détails sont assez soignés puisque si Vincenzo parle couramment coréen, il ne jure qu’en italien. Quelques acteurs européens vont d’ailleurs faire partie du casting, seul cas croisé à présent. Oui parce que dans Are you human ?, Laura et David avaient des prénoms européens mais étaient bien coréens et ne parlaient à personne dans leur bled, les acteurs européens étant alors limités à de la figuration. On a croisé des acteurs chinois ou thaïlandais dans d’autres fictions mais des Italiens, c’est une première. 

La mafia italienne vue par la Corée

Vincenzo et Cha-Young contre la corruption

J’ai déjà parlé plusieurs fois de la corruption dans les séries coréennes. Dans Demon catchers, on avait un bel exemple mais dans Vincenzo, c’est carrément le coeur de l’histoire. Le groupe pharmaceutique se fait littéralement manger dans la main par la presse, la politique et la justice. Dans son conseil juridique, on retrouve une ancienne procureure peu scrupuleuse, ennemie jurée de Cha-Young. On a la dimension très forte de “les héritiers sont des trous du cul psychopathes”. On avait déjà quelque soucis d’héritiers connards dans Are you human ? et The good detective mais là, on arrive au sublime. Le groupe pharmaceutique est piloté par un psychopathe qui n’hésite pas à mettre les mains dans le cambouis. Genre massacrer un mec à coups de batte et à trouver ça rigolo. Ciel… On a toujours ce côté “les riches sont au-dessus des lois et peuvent tuer des gens oklm”. Ok, Corée…

La Corée déteste les héritiers

Les habitants du Plaza, une pure merveille

Parlons des personnages car ils sont super attachants. J’ai eu un peu de mal au départ. D’abord avec Vincenzo car la série nous répète en boucle qu’il est super beau et charismatique et super fort et super ce que tu veux… Moi, je trouvais pas trop. D’abord parce qu’il est badigeonné d’autobronzant,“je viens d’Italie, je suis bronzé”. Ce qui lui donne un teint chelou. Et il est pas aussi beau que Nam-Shin. J’ai toujours un peu de mal avec ces personnages “waaah trop badass” qui semblent faire l’unanimité dans ce sens. Mais Vincenzo, malgré sa superbe et son élégance naturelle, se retrouve parfois dans des situations un peu ridicules. Comme dans sa guerre contre les pigeons ou quand sa virilité doit être effacée au profit de l’enquête. A deux reprises, Vincenzo doit changer de peau, jouant d’abord un jeune gay pour séduire un homme dans un parc d’attraction. Parc d’attraction qui est aussi un classique des séries coréennes. Je suppose qu’ils font partie des sponsors mais sachez qu’en Corée, le premier date, il se fait dans un parc d’attraction. Et ensuite quand il doit jouer une sorte de gourou avec une splendide fleur dans les cheveux. Là, j’avoue, il était très beau.

Vincenzo, le beau mafieux

Les habitants du Plaza, une pure merveille

De son côté, Cha-Young est particulièrement antipathique. Archétype de la femme carriériste, elle va basculer suite à un événement va la faire quitter son cabinet aux ordres du groupe pharmaceutique. A partir de là, elle va s’adoucir et ses excès d’autoritarisme vont s’effacer. Mais les vrais petits bijoux de cette série, ceux qui me l’ont fait vraiment aimer, ce sont les habitants du Plaza. Tous complètement frappadingues, un peu marginaux, chacun dissimulant un secret car il n’y a jamais de personnage inutile dans une série coréenne. Et on retrouve d’ailleurs l’acteur qui jouait David dans Are you human ? et que j’aime bien. Il existe au sein du Plaza une belle solidarité. Cette communauté forme une famille à laquelle nous sommes ravis d’appartenir, en tant que spectateurs. On nous offre de jolis moments de convivialité : anniversaire, annonce d’une grossesse et même partie de loup-garous. Vous rajoutez à ça quelques plans stylés et une intrigue assez dense avec sa part d’ombre… Car je crois que si Vincenzo nous a fait bien rire, c’est aussi la plus triste.

Inspiration Lacroix dans Vincenzo
Ce plan existe vraiment dans Vincenzo, cette série est folle

Vraiment, si mes articles vous ont donné envie de vous pencher sur les séries coréennes et que vous ne savez pas  par laquelle débuter, choisissez Vincenzo. 

Nina

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page