RACONTE MOI DES HISTOIRES

Pour bien raconter les histoires, il faut aussi savoir les écouter

L’accident qui empêche la révélation

Un jour, j’ai décidé de regarder les fictions non plus comme un simple objet de distraction mais comme un sujet d’étude infini. Quoique les documentaires entrent dans la même veine. Du coup, j’apprends pas mal de petites ficelles d’écriture qui peuvent parfois nuire un peu au suspense. En même temps, est-ce ma faute si on réutilise toujours les mêmes grosses ficelles ? Donc aujourd’hui, on va se payer un nouveau cliché : l’accident qui empêche la révélation.

Accident Casa De Papel

Retarder la révélation

C’est la nuit dans les rues de Madrid. Angel est bouleversé par sa dispute avec Raquel et boit au volant en appelant régulièrement son amie pour l’insulter. Soudain, on l’appelle pour lui faire une révélation : il a trouvé qui est le Professeur ! Au moment où il appelle son amie pour le lui dire, plaf ! Accident ! Il a certes eu le temps de laisser un message (effacé) sur répondeur mais il ne pourra plus délivrer son message. Je soupire : non mais vraiment ? A partir du moment où il a reçu l’info, je savais qu’il aurait un accident, je le SAVAIS. Parce que cette révélation arrivait tout simplement trop tôt dans l’intrigue…

Le professeur dans Casa de Papel

Le tueur, c’est… couic !

Alors je critique la Casa De Papel mais c’est loin d’être le seul exemple d’accident qui retarde LA révélation. Je n’en aurais pas écrit un article sur les clichés sinon. Faire une liste relativement exhaustive des scènes de ce type est juste impossible. Il y a l’accident mais aussi l’élimination. Par exemple, dans Max Payne, son coéquipier qui appelle Max pour lui faire une révélation mais ne dit rien par téléphone… Mais là, encore, on ne pouvait que le voir venir. Le film était démarré depuis trop peu de temps pour qu’on ait déjà la révélation finale.

Alex dans Max Payne

Rallonger la sauce

Clairement, ce cliché sert à allonger la sauce. Le plus dur, quand on raconte une histoire, c’est de ménager ses effets et entretenir suffisamment le suspense pour s’assurer que notre auditeur ou auditrice restera jusqu’au bout. Une histoire n’est jamais linéaire, il faut des rebondissements. Par exemple, dans une série policière, à un moment, un indice crucial pourrait permettre de confondre l’assassin. Souvent, un personnage détient une information cruciale, la pièce du puzzle manquante, il ouvre la bouche pour la délivrer. Et couic. Alors autant dans la Casa de Papel, le truc a un peu de sens car il le dit sur un message vocal, autant dans Max Payne, le “j’ai tout découvert, je te raconte la prochaine fois qu’on se voie”. Non mais non. C’est limite si t’appelles pas le tueur juste après “Hé Joe, je sais que c’est toi le tueur, je l’ai pas encore dit à Max mais il saura tout demain, ahah !”. On a même ce cliché dans certains téléfilms !

Accident de taxi

Un rebondissement qui fait flop

Le souci quand on use d’un cliché pour en faire un ressort scénaristique, c’est que ton rebondissement est tout pété. On sait que tu ne délivreras pas l’information, on le sait. Par contre, ça peut effectivement relancer l’intrigue de plusieurs façon. Je dois intercepter le message qui me dénonce, je dois venger mon coéquipier ou si telle personne a cette info, elle devait pas être la seule. Voire : la personne qui a tué celui ou celle qui savait doit être dans notre entourage proche, bla bla bla. En réalité, à aucun moment on ne s’attend à ce que l’identité du grand méchant soit révélé au bout de 30 ou 45 mn de film. Mais par contre, l’assassinat ou accident ne surprend pas du tout. Et y a quand même un effet flop. C’est comme un film d’horreur où les fornicateurs meurent à peine leur copulation terminée. Tout le monde se moque de ce cliché et on arrive à un point où, quand ce cliché est à ce point identifié, il n’y a que deux options : l’oublier ou s’en moquer.

Lolita, la mort de la mère par accident

Sauf que dans la plupart des oeuvres sus-citées ou celles qui ont joué ce cliché, ça se prenait grave au sérieux.

Nina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page