RACONTE MOI DES HISTOIRES

Pour bien raconter les histoires, il faut aussi savoir les écouter

Auto-promotion : par quoi je commence ?

Bien ! Le 1er janvier, je me lançais donc dans l’aventure de l’auto-édition avec mon roman Green ! écrit en 2017. Naïvement, je suis passée par une auto-édition payante mais pas trop et je pensais ne pas être seule dans l’aventure. Grave erreur ! C’est pas grave, je suis plutôt ingénieuse donc essayons de créer des supports d’auto-édition et voyons ce qu’on peut en faire. Evidemment, je n’ai pas encore fait tout ça, j’en suis au point zéro et demi de mon auto-promotion.

Auto-promotion du roman Green ! de Nina Bartoldi

Un roman, c’est quoi ?

Alors d’abord, j’ai reposé mon ouvrage sur le métier et j’ai réfléchi. Un livre, c’est quoi ? Une histoire ! Bon, très bien, on va en parler un peu histoire de mettre en appétit. Mais est-ce que tout le monde va se palucher un article de blog pour découvrir de quoi parle mon livre ? Ca limite pas mal le périmètre des acheteurs de mon livre et moi, j’ai d’autres ambitions. Ah oui, faudra que je parle de ça aussi. Donc un roman, c’est quoi ? Un contenu et un objet. Très bien, explorons ces deux pistes pour créer des supports d’auto-promotion.

Un flatlay bucolique
Y a des loupés, aussi

Le livre, un chouette objet !

Je possède donc la version papier de mon roman et ça tombe bien. Je vais en faire des caisses. Un élément que je n’avais pas prévu dans mon auto-promotion : c’est le printemps ! Donc plein d’arbres fleuris dans lequel poster mon livre qui s’appelle Green ! en plus, ça tombe quand même super bien d’autant qu’une des revendications des personnages, c’est de révégétaliser les villes. Donc nous allons pouvoir jouer le livre de deux manières :

Un livre dans la nature

J’ai de la chance, donc, mon roman va bien dans les arbres donc je me suis fait plais’. Je suis allée squatter la branche de tous les cerisiers du coin, je prends mon livre à chaque fois que je vais prendre l’air. On ne sait jamais. 

Un objet à mettre en scène

Mais un livre, ce n’est pas qu’un objet que l’on pose sur des branches… en fait, c’est déjà pas censé être ça. C’est aussi quelque chose qui se lit donc il ne faut pas hésiter à le mettre en scène dans des petits moments de la vie. A la plage, au parc, au bureau… Bon alors, évidemment, il est un peu maousse et j’avoue que mon exemplaire commence à avoir morflé à force de traîner dans les arbres. Mais en publiant régulièrement une petite photo sympa ou un flatlay en PPTart, je me dis que je peux en vendre un ou deux à chaque parution.

Auto-promotion de mon roman Green !
Je vais la refaire avec des muffins matcha et une jolie assiette

Et mon histoire, comment je la mets en scène ?

Bah oui, un livre, c’est bien joli. Oui, je suis pas mal fière de ma couverture en PPTart alors qu’à l’époque, je balbutiais. Mais ça raconte pas trop trop l’histoire donc c’est un peu limité niveau auto-promotion. Nous allons donc avoir à notre disposition du nouveau matos à exploiter. En l’occurrence ici :

Stockholm

J’ai un décor : la Suède et plus précisément Stockholm et Vissvass. Endroits où j’ai jamais foutu les pieds mais franchement, je me suis régalée de fouiller sur Google maps pour trouver mes lieux d’histoire. A noter qu’utiliser Instagram peut être une bonne idée. Ca évitera que je raconte que des personnages veulent monter sur le toit d’un théâtre pour leur petit activisme… Alors qu’il y a un superbe rooftop là-bas. D’ailleurs, si vous allez à Stockholm, pensez à boire un verre sur le toit du Théâtre Södra, c’est splendide. Bref, je joue avec ça pour créer des PPTarts. Comme ça, je fais évoluer mon art et je crée du contenu promotionnel. Double win ! A venir donc : une vue du rooftop du théâtre Södra et d’une plage de Vissvass. 

Le rooftop du Södra Teatern à Stockholm

Les personnages

Alors l’an dernier, quand j’ai débuté le PPT art, je me suis amusée à créer des pages autour de chaque grande partie que je remets ici. Mais j’ai perdu les PPT de base car je les ai laissés sur mon pc pro que j’ai rendu quand j’ai démissionné, oups, grosse nulle. Pour le moment, j’ai cependant pas plus d’idées pour parler de mes personnages mais je vais bosser dessus, promis. Genre un truc avec un personnage et une petite description de ses convictions. A suivre. 

Les personnages de Green !

Inspirations dans le processus d’écriture

Et enfin, le processus créatif peut créer une histoire ou deux. J’abrège mais en gros, j’ai plusieurs axes : 

  • L’écriture et la réécriture : alors pour Green !, c’est raté mais je pense en faire un peu des caisses sur Augura, ma prochaine publication de quand j’aurai relu et corrigé. Plus je parle de mes romans, plus y a de chances que je puisse intéresser ma communauté et quand il sortira… voilou.
  • La musique : j’adore la musique. La phrase la plus bateau et nulle du monde mais en vrai, sur Green !, j’ai au moins trois chansons qui vont aller avec des ppt arts. Comme ce sont vraiment des chansons que j’aime, je vous file ma petite playlist : Remember (walking in the sand), la version de The Eden House… que je mettrai avec mon illu “plage à Vissvass”. La chanson “That night” d’Izia que je vais illustrer avec une représentation du personnage de Svea. Et enfin “The light” d’HollySiz mais je sais pas avec quoi je vais l’illustrer. 
Mon spot d'écriture

Et j’ai encore plein d’idées un peu plus concrètes d’auto-promotion… mais ça, on en parlera dans un prochain article parce que cet article va être trop long. En attendant, si tu es un auteur ou une autrice auto-édité·e, j’espère t’avoir donné un peu d’inspiration. Et si tu veux partager tes idées, les comms sont ouverts !

Et achetez mon livre ! (pardon)

Et pour terminer, je vous rappelle que vous pouvez acheter mon roman au format papier ou numérique :

Bisous !

Nina

2 réflexions sur « Auto-promotion : par quoi je commence ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page