RACONTE MOI DES HISTOIRES

Pour bien raconter les histoires, il faut aussi savoir les écouter

Une promesse diabolique

Des fois, je me fais attirer par le titre d’un téléfilm comme un papillon par la flamme d’une bougie. Du coup, quand je lance Une promesse diabolique, je ne sais pas du tout à quoi m’attendre. Ca commence par une scène toute mignonne avec une petite musique où un petit garçon explique à sa mère que son copain Josh a vu ses parents se remarier ensemble. Aïe, pas de bol pour Danny, sa maman lui explique que ça n’arrivera jamais. Oupsie ! Surtout que dans la scène suivante, Jessica, la maman, explique à sa besta que c’est tendu le divorce. Son ex, Lars, est avocat et il va se servir de son passé de dealeuse de drogue pour choper la garde du petit. C’était pas sa faute, elle a été entraînée par le mauvais gars. En attendant, sa besta lui explique qu’elle doit profiter du séminaire où elle va pour s’envoyer en l’air. Beaucoup trop d’informations en trois minutes. Surtout qu’on enchaîne direct sur le mari qui met un sale coup de pression à son ex en mode “t’as sept minutes de retard, tu tiens jamais tes promesses, je vais te faire roter du sang au tribunal”.

Une promesse diabolique

Un prince charmant un peu cowboy

Sale journée pour Jessica, d’ailleurs. Elle débarque à Dallas pour son congrès et voilà qu’il n’y a aucune réservation à son nom. Heureusement, un joli garçon avec une veste absolument immonde dans le plus pur style Jeff Colby intervient et Jessica le regarde avec gourmandise. Suubtilitééééé. Mais le joli garçon est un vrai chevalier servant : non seulement il lui décroche une chambre de catégorie supérieure alors que l’hôtel est complet mais en plus, il l’invite à dîner dans un resto élégant. Heureusement, Jessica avait de fort jolies tenues, mmm. Bref, dîner nul et classique à base de “moi je suis veuf””et moi divorcée””mais non, vous êtes trop belle pour vous être faite larguer, j’y crois pas !”. Nan de Dieu, le joli garçon a mis ces espèces de cravate en lacet avec une grosse broche, là. Il la fait danser pendant dix secondes et lui propose d’aller boire un dernier verre mais “ohlala, non, je peux pas, j’ai mon séminaire d’assureur en sinistre”. Tu sais pas draguer, Jess. Mais elle finit par accepter et le joli garçon en profite pour l’inviter pour le petit déjeuner. Non sans l’avoir gratifiée d’un dernier baiser en la collant contre la porte. Du coup, Jessica, affamée, débarque dans la chambre du joli garçon pour une nuit de sexe torride. 

Une promesse diabolique

C’était un piège !

Bon ils niquent sous prod dans un joli clip un peu sexy puis c’est le lendemain matin et Jess se réveille fort couverte. Le joli garçon veut l’épouser mais elle lui explique qu’elle n’a pas trop le temps de gérer une nouvelle relation, bla bla bla. Et là, plot twist ! En vrai, le joli garçon était envoyé par le mari pour filmer leurs ébats pour qu’elle perde la garde de son fils. Mais il veut bien lui donner la vidéo pour 70 000 dollars et il lui laisse même une semaine pour les trouver. Elle regarde ladite vidéo et nom de Dieu, quelle qualité ! Y a même des changements d’axe et des gros plans, le tout sur un charmant ton sépia. Mais d’où elle a pas vu l’équipe de tournage qui gravitait autour du lit ?

Promesse diabolique

Oh, une soeur jumelle !

Elle retourne à LA et raconte tout son drame à sa besta qui s’en veut un peu d’avoir encouragé sa copine à avoir un peu de sexe. Besta propose d’appeler la police mais Jessica veut pas, rapport à la drogue qu’elle a consommé. Ce qu’on voit particulièrement bien dans la vidéo. Du coup, elle va jouer une autre carte et essayer de trouver des preuves comme quoi c’est un coup monté du mari. En attendant, Jessica va voir son père pour réclamer de la tune car il est très riche mais non seulement il refuse mais en plus, il la menace de la rayer de son testament si elle baisse pas d’un ton. En tout cas, la dame qui gère la maison regarde la scène avec tristesse. On apprend au passage qu’elle a une soeur et ça tombe bien, on la découvre dans un bar à la scène suivante où la besta tombe sur elle et pense que Jessica est devenue gothique en deux minutes trente. Aaaaaah, des jumelles ! Allie, la soeur jumelle, vit avec un vieux monsieur riche et elle insiste très fort auprès de la besta pour qu’elle file sa carte à Jessica qu’elle a fort envie de la retrouver. La besta l’annonce d’ailleurs à Jessica qui débarque cinq minutes plus tard et exprime une absence totale de surprise quand sa besta lui annonce qu’elle l’a croisée. Je crois que la drogue fait toujours effet pour être aussi amorphe. Besta suggère donc à Jess de renouer avec sa soeur pour lui tirer du fric. Ah bé charmant.

Promesse diabolique

Un service contre un service

Jess s’exécute donc et c’est un peu le malaise. C’est amusant car elles sont filmées d’un peu loin vu que c’est la même actrice, on multiplie les champs et contrechamps et on apprend donc qu’Allie a voulu piquer Lars à Jess. Ah ben pour le coup, tu peux lui pardonner. Cet homme a l’air particulièrement dégueulasse et tu aurais été plus heureuse sans lui. Bon, elles se chamaillent un peu et finalement, elles vont passer un pacte. Si Allie rend un service à Jess, celle-ci va devoir lui en rendre un. Je sens qu’Allie va vouloir zigouiller son sugar daddy mais à suivre. Bref, Allie promet à Jess de l’aider. Une promesse diabolique, ahah !

Une promesse diabolique

Se débarrasser du joli garçon

On est donc le jour où Jess doit retrouver Joli Garçon et l’une des deux jumelles le supplie de pas donner la vidéo car elle n’a pas l’argent. Il lui sort une merde de type “oui, t’étais trop bonne au lit, ça a fait une bonne vidéo” et là, Jess rigole fort car en vrai, c’est Allie ! Jessica était derrière un arbre. Ou alors l’inverse. Bon, elles font un numéro un peu nul à base de “ahah, tu ne sais pas qui est qui” mais il pige pas trop le principe. Moi non plus, à dire vrai. Mais elles expliquent : en vrai, c’est impossible de savoir qui d’Allie ou de Jessica est sur la vidéo et elles ont même enregistré ses menaces sur dictaphone. Un dictaphone à cassette. Mais ça a été tourné quand, ce truc ? Bref, Allie fait la grosse méchante tandis que Jessica sue abondamment des paumes mais Joli Garçon part en brandissant des menaces, ohlala ! Ce qui indiffère Jess qui considère que l’affaire est classée, merci, bisous.

Une promesse diabolique

Une mystérieuse escapade au Mexique

Ah, c’est l’heure du service d’Allie ! Jessica se retrouve donc à jouer les mules au Mexique pour sa soeur. Mmm, ça sentirait presque le coup fourré, considérant le passé de Jessica. C’est un peu la merde car elle doit amener un client au resto et jouer la mule le même jour donc elle appelle Lars pour lui demander de récupérer le petit et lui gueule dessus quand il râle. Elle fait vraiment tout pour avoir la garde de son fils, en effet…Du coup, Jess annule son rendez-vous pro car elle est officiellement malade et trace la route vers Tijuana avec un chapeau dans lequel il y a des trucs à livrer. Comme elle est futée, elle conduit une belle décapotable avec son beau chapeau sur la tête. Bon sang, moi, je peux pas me promener deux minutes sur la plage sans perdre mon chapeau mais elle, elle peut conduire à fond la caisse sans qu’il s’envole. Magnifique. Bref, un mec l’aborde dans un café en espagnol, on comprend rien. Il échange son chapeau avec celui de notre héroïne et la voilà repartie pour les Etats-Unis. Sauf qu’elle se fait arrêter à la frontière. Elle obtempère mais fait tomber tout le contenu de son sac par terre. Du coup, le douanier lui dit de dégager. 

Une promesse diabolique

Un 06 de flic

Mais attendez, c’est pas fini ! Voilà que c’et la police qui l’arrête, maintenant. Il lui demande ses papiers et, quelle horreur, elle les a perdus ! Mais en vrai, il le savait, il les a récupéré au poste de douane, ahah. Après la séance de drague la plus gênante du monde, elle repart avec le 06 du coquinou qu’elle jette en arrivant chez sa soeur. La caméra insiste énormément sur ce papier, elle va finir par l’appeler plus tard, vous verrez. Bref, tout est bien qui finit bien pour Jess…

Une promesse diabolique

Manipulation de l’evil Twin

… mais non ! Voilà que la police débarque chez elle et, oh mon Dieu, mauvaise nouvelle ! Le père de Jess a été tué précisément pendant qu’elle était au Mexique. Quel hasard hasardeux ! La petite est bouleversée et se met à pleurer car elle s’y attendait pas ! Et la dernière fois qu’elle l’a vu, ils se sont un peu engueulés. A noter que les flics sont sympas : quand elle se met à pleurer, ils lui proposent de repasser quand elle ira mieux. Pas très réaliste. Jess appelle sa soeur qui s’en bat bien les steacks, occupée à se vernir les orteils. En tout cas, à l’enterrement, Lars essaie de se montrer gentil mais elle le jette avec force. Et là qui voilà ? L’inspecteur de police ! Ah oui, sympa mais avec des limites genre le mec vient la harceler à l’enterrement de son père. Surtout qu’elle a demandé dès la veille à son ex de garder son petit, comment pouvait-elle savoir qu’elle serait malade le jeudi ? Surtout que l’inspecteur s’étonne qu’elle soit la seule encore présente sur le testament, alors que son père avait menacé de la déshériter. Ah oui, la bonne, elle a tout balancé, en fait. J’ai cru qu’elle était du côté de Jess mais trop pas. En tout cas, Jess met les voiles, tant pis pour les invités de l’enterrement. Je… ok. 

Une promesse diabolique

Une surcouche de chantage

Elle va voir sa soeur car elle n’a plus d’alibis, ça craint. Celle-ci l’envoie bouler et dès qu’elle ferme la porte, qui est là ? Joli garçon ! Et voilà qu’ils niquent ensemble. Ca paraît bien compliqué. Pendant ce temps, la bonne du papa appelle Jess pour lui parler. Ah, c’est pour lui dire “ahah, je vous ai vue traîner dans le quartier le soir de la mort de votre papa dans votre voiture et vous avez même perdu une boucle d’oreille, hihihi”. Quoi ? Attends, pourquoi elle lui dit ? Ah attendez, la bonne crache son venin “moi, j’ai bossé trente ans pour votre père et il m’a payée rien du tout”. Ah oui, encore un chantage, ohlala. Tout ça est si compliqué… 

Une promesse diabolique

Jessica, multimillionnaire

C’est le jour de l’ouverture du testament ! C’est Lars qui gère et surprise, c’est Jessica qui récupère absolument tout soit dix millions de dollars, la bonne, dix milles et la soeur diabolique, peau de zob. Allie et Jessica se disputent à trente centimètres de la bonne et de l’ex mari mais manifestement, ils ont une audition extrêmement sélective. C’est extrêmement drôle car on les voit immobiles en arrière-plan, ça n’a aucun sens. Bref, Jessica va voir l’inspecteur pour essayer de prouver que c’était elle au Mexique mais ils sont là “mais comment le prouver ?”. Mec, tu l’as dit toi-même la veille : elle avait prévu de tomber malade un jour en avance. Mais Jessica a une autre idée. Y a le fameux policier, là, il avait un chapeau de cowboy et il s’appelait Bob. Ah bah précis comme description. L’inspecteur est mi amusé, mi dubitatif. 

Une promesse diabolique

Le piège se referme…

Fatiguée, Jess rentre chez elle et un homme encapuchonné lui saute dessus. Heureusement, elle a bien géré avec sa bombe lacrymo et le fait partir, ahah ! Et revoilà l’inspecteur ! D’ailleurs, il a retrouvé le cowboy qui confirme l’histoire de Jessica. Bon, espérons qu’Allie ne retrouve pas le numéro de Bobby le cowboy dans sa poubelle. Notre duo improbable file chez Allie alors qu’il fait nuit noire mais ça va, elle ne dort pas. Elle est tirée à quatre épingles au passage et se pose lascivement contre un poteau pendant qu’il lui pose des questions. Non mais elle se frotte littéralement au poteau, qu’est-ce qu’il se passe ? Ah ben pas de bol, Allie a bien retrouvé le numéro et explique avec une voix rauque qu’elle a rendez-vous avec Bobby précisément ce week-end là et qu’elle adooooooore les policiers, hmmm, mmmm, aaaaah. Heu mais il est passé où le sugar daddy ? Bon, l’inspecteur est un peu énervé car il a l’impression qu’on le prend pour un con et explique à Jessica qu’elle est dans la merde jusqu’au cou. Et comme si la soirée n’était pas assez nase, revoilà l’agresseur qui l’attrape dans sa maison et… 

Une promesse diabolique

Un garçon bien (pas du tout)

Ah ben c’est joli garçon qui abandonne sa voix qui fait peur dès qu’ils se font face. Voici qu’il explique qu’en vérité, c’est sa soeur qui a tout manigancé mais elle ne l’a pas payé donc du coup, il veut plutôt bosser pour Jessica qui, elle, a du pognon. Ah donc c’est un peu la scène de confrontation avant l’heure. Tout était calculé, y compris la rencontre au bar car Allie voulait qu’elles se réconcilient. Wuuut ? Mais tu trouves pas ça bizarre ? “Moi, je suis pas un salaud, hein…” Bah, tu as couché avec une femme pour la faire chanter, tu trouves ça classe ? Bref, le plan du Mexique, c’était juste faire un petit aller-retour avec des caméras dans les chapeaux pour se constituer un alibi. Du coup, elle embauche Harry, un “gars bien” comme elle lui dit mais il a pas l’air convaincu. Moi non plus, Harry, moi non plus.

Une promesse diabolique

Encore des rebondissements pour Jess

Bon, le plan va se lancer. Jessica va chercher une peluche caméra chez sa besta, agente immobilière, et Harry l’appelle genre “hééééé, tu viens, faut y aller, là”. Besta sent moyen cette collaboration mais Jessica a un joker dans sa manche : la K7 (…) de l’enregistrement des menaces de Harry qu’elle file à Besta en guise de preuve. Harry débarque chez Allie et il lui offre le nounours en guise de preuve d’amour mais elle le jette en mode “c’est affreux, pourquoi tu m’offres ça ?”. J’aime toujours la subtilité des personnages des téléfilms. Harry pose le nounours bien face au canapé sur lequel ils prévoient de s’envoyer en l’air, et essaie de faire parler Allie “mais sinon, tu as fait le coup avec qui…” Oui, moi aussi, ça m’excite de parler meurtre pendant le sexe. Allie décide de jouer avec des menottes et un fouet, ça sent pas très bon. Pendant ce temps, Jess attend qu’Harry débarque avec l’inspecteur qui lui envoie un facetime à base de “hé, j’ai quitté la ville, j’espère que tu vas pas payer pour tes crimes, hein.” L’inspecteur est saoulé et décide de l’arrêter parce que y en a marre. Mec, tu trouves pas ça gros ce facetime sorti de nulle part ?

Une promesse diabolique

On sort la belle combi orange

Et voilà Jessica en combi orange, oh non ! Voilà son ex qui débarque en prison pour lui dire qu’elle aurait pu lui en parler, quand même. Mais il avoue qu’il a un peu abusé avec elle donc elle comprend qu’elle soit pas venue le voir. Alors Lars nous explique le schmiblick : si Jessica est reconnue coupable, elle sera déshéritée et Allie va récupérer la mise. Jessica lui parle de la K7 et là, Lars lui assène un terrible coup : “heu, ta besta, à mon avis, elle est de mèche avec Allie. C’est elle qui t’a poussé dans tous les pièges de ta soeur.” Oh well, le doute est légitime. Lars essaie de libérer Jessica mais la police a trouvé un passeport et des billets d’avion chez Jessica. Infernal ! Lars va récupérer la k7 et évidemment, y a plus l’enregistrement dessus mais une jolie mélopée. J’aimerais bien avoir le titre, s’il vous plaît ? Jessica est effondrée mais attendez, plot twist ! Lars est en fait de mèche avec Allie qui a, au passage, réussi à la séparer de sa seule alliée, la besta. Nos deux comploteurs vont donc dîner pour fêter leur future victoire, le suicide de Jess, espèrent-ils. 

Une promesse diabolique

Ultime plot twist

La besta n’étant pas au courant de l’embrouille débarque à la prison mais elle n’a plus le droit de voir Jess ! Jess qui continue à expliquer à l’inspecteur qu’elle est innocente, bla bla bla. La besta commence à monter au créneau, attention. Elle débarque chez Lars et lui jette une copie de la k7 au visage. “J’ai fait plein de copies, ahah !”. Elle a aussi convoqué Allie car elle a des exigences très claires : un demi-million de dollars. Mais ? Lars saute sur Allie quand elles arrivent et ils complotent… à quelques centimètres de la besta qui les attend tranquillement. Mais c’est quoi leur souci ? “Si la personne est en arrière-plan, elle ne nous entend pas”. Mais attendez, PLOT TWIST ! En vrai, c’est pas Allie à qui il a chuchoté tout le plan genre “elle peut pas savoir qu’on a tué Harry, non, non”, c’est Jessica ! C’était un plan monté avec le flic et la besta. Rohlolo, bien joué !

Une promesse diabolique

Et happy end !

Et c’est une happy end, évidemment. Jessica lit une histoire à son fils qui ne semble guère traumatisé par l’arrestation de son père. Ah si, attendez, Jess explique à l’inspecteur qui squattait justement son canapé qu’il est traumatisé. Oh… oh… attendez, l’inspecteur se lève, hésite sur le pas de la porte. Une happy end encore plus happy ? Ah non, il s’en va. Fiiiiiin. 

Une promesse diabolique

Trop compliqué…

Alors… mon Dieu que c’était compliqué. Bon, j’avais pas capté au départ mais on tombe sur un téléfilm classique de jumelle maléfique. Plus un (ex) mari malveillant. Oui, on pourrait résumer Une promesse diabolique comme ça : c’est un thriller à rebondissements qui cherche à nous perdre. Et c’est pas si mal joué puisque l’on joue avec quelques codes du téléfilm puisque, vous noterez, il n’y a pas de joli garçon à la clé pour Jessica. Son seul MacGuffin est la garde de son gamin. Donc on a pu croire que le joli garçon allait l’aider, que le mari n’était pas une crevure. Ce qui est dommage, c’est que les téléfilms ont tendance à briser leur propre suspense. A peine t’a t-on soumis l’idée que le mari est un bon gars que tu le découvres en plein complot avec la mauvaise jumelle. On est quand même sur une narration de confusion. L’héroïne ne sait plus que penser. Sauf que la réalisation n’arrête pas de nous tirer par la manche pour nous donner la solution du mystère. Du coup, on n’est jamais surpris. Et c’est quand même bien dommage, non ?

Une promesse diabolique

Tiens, ça ferait un bon sujet d’article. Mmm…

Nina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page