RACONTE MOI DES HISTOIRES

Pour bien raconter les histoires, il faut aussi savoir les écouter

Regarder les films ou les chroniques YouTube ?

Hello les amigos ? Ça va la vie ? Moi, je suis un peu busy busy avec le déménagement et tout alors je vous propose un article léger. Essentiellement parce que j’ai pas eu le temps de regarder un nouveau téléfilm ou une série coréenne. A dire vrai, en ce moment, on est à fond sur The Office et je pense qu’il y aura de quoi écrire un ou deux articles sur le sujet. Même trois. Ouais, j’ai dix ans de retard mais vous avez vu le nombre de séries qui existent, aussi ? Bref, aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’une petite lubie que j’ai depuis quelques temps : devenir cinéphile. Ah super, en regardant plein de films ? Non, en regardant des chroniques Youtube. Quoi ? Ça a un peu de sens, laissez-moi vous expliquer. 

Youtube Space

Ma culture ciné ? Youtube

Par la magie des bulles de filtre, des tendances Youtube and CO, j’ai toujours eu pas mal de vidéastes ciné dans mes recommandations puis mes abonnements Youtube. Du coup, j’ai une espèce de culture ciné sur plein de films que je n’ai jamais vus. Je suis à ça d’écrire des articles sur mon blog Dystopie à partir de Karim Debbache, pour vous dire. Y a même certains films, j’ai vu plusieurs vidéos dessus sans le voir. Par exemple Hellraiser avec Azz et Ratelrock. Je peux raconter tous les films Asterix grâce à Meea et Ginger, je sais que le film Ultra Violet existe que le film Power rangers que j’ai vu dans l’avion était carrément plus sympa que celui des années 90 avec son esthétique si… 90s. J’attends une apparition de Zack Morris et Kelly Kapovsky à tout moment. Bref, je découvre une foule de films que je ne regarderai pas forcément. Ma grande cinéphilie… Quoi que je suis allée quatre fois au ciné, cette année, c’est énorme pour moi. 

Aller au cinéma
J’aime les cinés à côté de chez moi parce que y a personne

Observer les succès et échecs narratifs

Ce qui est intéressant dans ces vidéos, c’est bien évidemment l’analyse. Ou les vannes. Mais même dans la re-narration d’un film appuyée de quelques blagues, il y a toujours un truc qui ressort fortement : les défauts du scénario. Et parfois un mauvais jeu d’acteur ou un réalisateur qui fait trop de plans sur le cul de son actrice mais ça, j’avoue que ça m’intéresse pas. Enfin, je suppose qu’il y a fort à dire sur la sexualisation à outrance des actrices mais c’est pas mon sujet, là. Ce qui m’intéresse, c’est de voir comment un film raconte une histoire, quels sont ses succès et ses échecs. Parce qu’un succès ou un échec narratif sont toujours une belle source d’inspiration. Ça, ça marche, OK. Ça, ça exaspère tout le monde, trouve autre chose. 

Réveil en panique, cliché de cinéma

Acquérir de la culture

A un moment, j’ai envisagé d’écrire des articles sur ces films que je n’ai pas vus, juste en matant trois ou quatre vidéos et quelques articles en prime. D’abord, ça m’apporte une certaine culture. Y compris sur des films ou séries que j’ai vus, d’ailleurs. Par exemple, vendredi, j’ai écouté le podcast Amies sur Twin Peaks, série que j’ai vue. Et bah, je connaissais pas du tout l’histoire du miroir de la fin du pilote et ça donne tellement de génie au travail de Lynch en fait. Un film, c’est une histoire dedans mais aussi une histoire autour. Comme n’importe quelle œuvre, certes. Mais du coup, ça fait toujours deux ou trois anecdotes à placer en société ou l’occasion de réfléchir à son propre processus créatif. Ça permet également de découvrir un réalisateur ou un genre dont on sait quasi rien et dont on pourrait tomber amoureux. Même si, sur mon cas, j’aime des genres (dystopies, space operas) où traînent un bon paquet de nanars. Mais peut y avoir des trucs bien aussi. 

Dune de Denis Villeneuve
Mini-critique : j’ai vu le Dune de Denis Villeneuve et j’ai adoré

Un grand enthousiasme sur des films… meeeh

Après, l’exercice a ses limites. L’autre soir, nous avons regardé la Guerre des Mondes et je… oh putain, que j’ai pas aimé. Déjà, je suis moyen fan de Tom Cruise mais Tom Cruise dirigé par Spielberg, ça le fait pas. J’ai pas aimé Minority Report et là, c’était pire. Et pourtant, j’avais envie de le voir ce foutu film. Pourquoi ? Parce que j’avais vu une vidéo Youtube qui avait totalement encensé le film, ses plans incroyables. Alors oui, il y a des plans tout à fait ouf, super esthétiques. Mais le scénario est pété. De un : d’où des villes ont été construites sur des artefacts extraterrestres sans que personne ne se soit aperçu de rien ? De deux : si les extraterrestres sont restés suffisamment longtemps pour enterrer tout leur bordel, n’ont-ils pas noté qu’ils étaient vulnérables aux virus ? Alors, oui, les virus, ça mute et ça évolue. On est malheureusement très bien placés pour le savoir, hein. Wink wink. Et puis pardon mais le père est un trou du cul et le fils ne peut pas avoir survécu, c’est de la triche. Et il méritait pas de survivre, en plus, le Son goku du pauvre, là. Y a que la gamine qui reste supportable… ce qui est un exploit tant je déteste les enfants de pub et de films car ce ne sont pas des enfants mais des archétypes. Je m’en rends compte alors que j’ai même pas d’enfants ! 

La guerre des mondes

Un film nul encensé par des cinéphiles

Autre cas : Showgirls. J’ai pas aimé ce film, je l’ai trouvé vulgaire. Et bien, ce film est adulé par quelques cinéphiles qui lui ont redonné des lettres de noblesse. Tu comprends, Verhoeven, c’est un génie qui se moque des codes, regarde Starship Troopers ! Alors j’ai bien aimé Starship Troopers et là encore, y a beaucoup de vidéos intéressantes sur le sujet. Mais Showgirls, même pris au second degré, même avec quelques clés de lecture, ça reste sale. La scène où la meuf explique à un mec qu’elle peut pas coucher avec lui car elle a ses règles et l’invité à vérifier, ça sert à quoi, franchement ? Et la scène de viol est proprement dégueulasse. Je comprends l’intention mais j’ai pas besoin de voir une meuf se faire arracher le string en hurlant et sortant d’une chambre en titubant, du sang sur les cuisses, pour comprendre le message. Les scènes érotiques sont, au pire, gênantes. Un peu comme Basic Instinct qui a super mal vieilli. Ou plutôt, je l’ai vu trop jeune pour avoir un comparatif et je… rah, c’est nul. 

Showgirl, le film adulé par les vidéastes Youtube

Voir le film et lire des analyses

Mais j’aime bien l’idée de prendre un film que j’ai pas vu et en écrire une chronique en me basant sur deux avis et trois critiques. Après tout, vu la qualité des experts qu’on invite dans les médias alors que les mecs y connaissent R. et considèrent que leur expérience perso vaut toutes les thèses en socio du monde, de quoi j’ai peur ? En plus, ça me permettrait de choper deux ou trois trucs de narration et combler enfin cette lacune culturelle qui me fait (un peu) rougir depuis des années. Mais du coup, j’ai pas répondu à la question initiale : c’est mieux de voir le film ou des chroniques qui en parlent. Dans l’idéal : voir le film puis les chroniques. Même si dans le cas de Showgirls, le film, franchement, il est chiant et Elizabeth Berkley en fait vraiment trop. Et Kyle McLahan a clairement tatoué « j’ai des impôts à payer » sur le front tellement il a l’air de s’emmerder. Ou on a Twilight, que le podcast Amies (encore elles) m’a presque donné envie de voir. Jusqu’à une histoire de dos brisé qui m’a convaincue que, non, c’était pas pour moi. 

Nina

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page